Un bureau de tabac braqué – Le Dauphine

Hier matin, jour de marché dominical, le bureau de tabac de Catherine et Ludovic Dussurget, situé face aux halles, dans la grande rue passante de Morestel, avait retrouvé un calme relatif. Il était difficile de s’imaginer que la veille, un braquage à main armé avait eu lieu dans le commerce.

-222x300

 

Samedi, il était environ 19 heures et les derniers clients se pressaient dans le tabac, avant la fermeture. Catherine, la patronne, qui est seule derrière le comptoir, dialogue tranquillement avec les personnes présentes.

Un homme au visage dissimulé par une cagoule et une écharpe

Soudain, un homme au visage dissimulé par une cagoule et une écharpe fait irruption. Il brandit un fusil et met aussitôt en joue la patronne, en lui réclamant sans ménagement la caisse.

Devant ses menaces insistantes et réitérées, la jeune femme préfère s’exécuter sans opposer de résistance pour éviter que la situation ne s’envenime.

Tout se passe très vite, si vite que le braquage laisse les clients sans réaction. Le temps que les témoins qui ont assisté à la scène stupéfiante reprennent leurs esprits, l’alerte est donnée aux services de gendarmerie qui arrivent rapidement sur place.

Le braqueur, bien sûr, s’est éclipsé. Il a emprunté la rue annexe conduisant au parking de la perception. Devant le bâtiment, les gendarmes retrouvent l’arme ayant servi au braquage. Impossible de savoir si le malfaiteur l’a fait tomber incidemment dans sa fuite ou s’il l’a volontairement jetée. L’arme, en tout cas, constitue un indice précieux pour les enquêteurs, qui ont procédé aux relevés d’usage.

Heureusement, aucun blessé n’est à déplorer dans le braquage ultra rapide de ce tabac loto presse, déjà victime d’un cambriolage nocturne il y a seulement quelques mois. Le commerce est situé dans une artère très passante et il est très probable que des témoins aient pu assister à la scène ou à la fuite du braqueur, un homme a priori plutôt jeune.

Si le commerce local est de plus en plus victime de casses nocturnes, c’est la première fois qu’une attaque de la sorte se déroule en plein jour dans la cité des peintres. Le braquage de ce samedi soir a fait, certes, moins de dégâts matériels que les précédents vols commis dans ce commerce, mais il laissera sans doute un traumatisme plus grand.

« Cela renforce ma position d’installer rapidement la vidéo surveillance », a déclaré le maire, Christian Rival, « outré » par le délit.

Source : http://www.ledauphine.com/faits-divers/2014/04/28/un-bureau-de-tabac-braque